Présentation de la valise

Durant cette dernière année de formation à l'école normale, nous avons réalisé un stage au Campus Saint-Jean/Imelda à Molenbeek-Saint-Jean, en DASPA (dispositif d'accueil et de scolarisation des élèves primo-arrivants). Lors des moments de stage, nous avions pour objectif de réaliser un projet d'écriture sur base d'un livre de littérature jeunesse. Suite à la présentation de quatre ouvrages et des exploitations possibles, nous nous sommes finalement tournés vers l'album "1, 2, 3, partons ! Suis le chemin avec ton doigt" écrit par Delphine Chedru.

Dans notre classe de stage composée de quatorze élèves, nous avons pu observer qu'ils possédaient tous des niveaux différents ; certains éprouvaient des difficultés et avaient de grosses lacunes dans la maîtrise de la langue française, d'autres étaient quasi analphabètes et d'autres encore avaient un niveau assez avancé dans les apprentissages. Nous avons donc pris l'initiative de faire découvrir le livre en commençant par observer la première de couverture avec les élèves ; ceci dans le but qu'ils émettent des hypothèses quant au contenu de l'album. Nous nous sommes, ensuite, attardés sur chacune des pages en insistant fortement sur la compréhension des mots, des phrases et, de ce fait, du livre.

Ce dispositif a porté ses fruits et s'est révélé très important pour la suite du projet. Les enfants ont réalisé différentes activités dans diverses disciplines telles que l'éducation corporelle, les mathématiques, l'éveil scientifique et, bien évidemment, la langue française avec notre aide et le soutien de Mme Julie Stevens.  Lors de la réalisation de ces activités, nous avons particulièrement privilégié le travail en groupe afin que les élèves plus avancés puissent aider les élèves novices ou en difficulté. De plus, nous les laissions faire appel au besoin à leur langue maternelle.

Pour parler, principalement du projet d'écriture, nous avons réparti la classe par groupes de quatre ou cinq élèves en fonction de leur langue maternelle. Une table regroupait les élèves n'ayant personne de la même langue maternelle qu'eux. Ils avaient pour tâche de traduire l'album dans leur langue. Au bout de trois fois cinquante minutes, les élèves ont atteint l'objectif et avaient un produit final plutôt concluant !

Nous avons regroupé toutes nos activités dans une valisette (voir la photo ci-jointe) avec le matériel nécessaire. Celles-ci contiennent une puce verte si elles ont été testées en stage et rouge si nous n'avons pas eu l'occasion de les expérimenter.

 

 

 

 

 

Devoldere Tony et Rousseau Elodie